Poésie

                                      Fandango

 

                        Ton patio fleurait le jasmin                                                     

                        Quand tu jouais avec mon luth

                        Et ta peau était bleue

                        Sur le sable du lit

                        Ton miel était si doux

                        Sous la tente du ciel

 

                       Ton ventre était la dune

                       Tes seins deux marabouts

                       De ton enclos sourdait le thé

                       De ton désir recommencé

 

                      Ton patio fleurait bon l’anis

                      Quand je fumais le narguilé

                      Que de tes doigts tu me jouais

                      Un air de rien un fandango

 

                     Ta bouche avait l’éclat d’une grenade

                     Tes yeux l’éclair de coutelas

                     De ton patio perlait le rire

                     De tes émois réinventés

 

                    Ton patio fleurait bon ma foi

                    Jasmin violette fraise des bois

                    Il avait un goût fort de figue

                    Quand je roulais sur le côté

 

                    Hélas, amour, il a fané

                    Je n’ai plus luth ni épices

                    Je n’ai que toi pour souvenir

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×